Accueil du site / menu / Découvrir / Histoire / L’esprit mutualiste fut précoce à Sainte-Pazanne

L’esprit mutualiste fut précoce à Sainte-Pazanne

Deux mains tenues en signe de solidarité, les bannières des sociétés de secours mutuels se caractérisaient par ce symbole d’entraide. Celle de Sainte-Pazanne y ajoutait cette fraternelle et évangélique incitation « aimons nous les uns les autres ».

A Sainte-Pazanne, on ne resta pas à l’écart des actions d’entraide. Le monde rural local était même en avance dans ce domaine. La bannière pazennaise en fait foi, la société de secours mutuels ayant été fondée en 1892. Elle le fut à l’initiative du clergé, des notables de la paroisse, des chefs d’ateliers et des patrons, avec Camille de la Brosse comme premier président.

JPG - 34.8 ko

Suivit le 1er février 1903 la création d’une caisse rurale, une œuvre sociale de prêts qui répondait à des besoins. On relève dans le bilan financier de 1907 qu’il y eut 17 prêts, 30 remboursements et que 80 prêteurs reçurent 2.500 francs d’intérêts. Les administrateurs et membres du conseil de surveillance étaient alors l’abbé Chesneau, curé de la paroisse ; Louis Moreau, Auguste Ecomard, Julien Amiand, François Dubreil et Paul Lucas.
Différentes mutuelles furent ensuite créées, comme la mutuelle-maladie qui comprenait 27 membres honoraires er 63 membres participants qui versaient 1 franc par mois ou 12 francs par an. Mais, seuls les membres participants bénéficiaient de la mutualité.
Le secours mutuel, c’était aussi un esprit de solidarité et de vraie fraternité : « Ainsi, les mutualistes se visitaient dans la maladie, veillant la nuit à tour de rôle au chevet des sociétaires malades, assistant en groupe, bannière déployée, aux obsèques de leurs camarades. Le 24 juin, en la fête de Saint Jean-Baptiste, ils faisaient célébrer une messe pour les sociétaires défunts et participaient le soir à un banquet dans la salle des œuvres de la cure ».
Les statuts de la mutuelle-bétail furent adoptés les 26 avril 1903 et s’adressaient à toutes les personnes habitant la commune et les villages limitrophes. EN 1907, 221 étables étaient assurées, leur valeur étant fixée au début de chaque année par des délégués-experts nommés pour deux ans par l’assemblée générale et choisis parmi les sociétaires.
La mutuelle-incendie créée en 1906 était alors la seule dans le pays de Retz. Fin 19O7, elle comptabilisait 46 polices assurant 544.000 francs de risques agricoles. Reste la mutuelle-fourrage qui portait sur les paillers en gerbes dans les champs ; sur charrette ou meule ; les paillers couverts ou non ; les foins en meules, sur charrette ou rentrés dans les greniers ou sous hangars ; la pâture.
Il faudra attendre l’instauration en 1945 de la sécurité sociale pour voir se reléguer dans un rôle complémentaire les sociétés de secours mutuels devenues alors les sociétés mutualistes que l’on connaît aujourd’hui.

La société historique

Répondre à cet article

modération à priori

Ce forum est modéré à priori : votre contribution n'apparaîtra qu'après avoir été validée par un administrateur du site.

Un message, un commentaire ?

(Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

Lien hypertexte (optionnel)

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d'informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

Qui êtes-vous ? (optionnel)