Accueil du site / menu / Découvrir / Histoire / La salle Jeanne d’Arc

La salle Jeanne d’Arc :
Un patrimoine local à préserver

JPG - 13.6 ko

A l’heure où l’on s’interroge sur l’avenir de la salle Jeanne d’Arc, il paraît opportun de rappeler ce que représente cet authentique patrimoine pazennais qui vient de fêter ses 90 ans d’existence.
Avant d’être transformé en salle de théâtre en janvier 1924, le stand, ainsi qu’on l’appelait, se constituait rue du Ballon en un bâtiment en dur et de deux hangars utilisés depuis 1909 par les sections de tir et de gymnastique du patronage. La première salle pouvait accueillir 300 personnes assises sur des bancs. De premières grosses réparations furent effectuées en 1929 et 1930. Chaque année, deux pièces y étaient jouées, le plus souvent avec succès.
Fin 1932, la salle va connaître un développement spectaculaire avec d’importants travaux pour permettre la création le 15 janvier 1933 du « Christ-Roi ». Le succès immédiat du spectacle imposa, à la fin de la première saison, d’élargir la salle, de construire une terrasse de chaque côté et d’effectuer un aménagement majeur du plateau. Dans le même temps, la capacité de la salle était portée à plus de 550 places dont une partie en fauteuils sur un plan incliné.
En 1956, de nouvelles et importantes transformations vont donner à la salle Jeanne d’Arc son visage actuel avec notamment la construction des balcons et l’installation de nouveaux fauteuils. Mais, l’aménagement le plus spectaculaire et original fut la disposition sur la scène de 12 plateaux pouvant s’atteler ou s’accoupler sur trois plans différents, glissant sur 180 m de rails et permettant de substituer en quelques secondes les décors construits les plus compliqués. A l’époque, on laissait entendre que c’était vraisemblablement un prototype unique en France.
Cela entraîna évidemment des frais et des emprunts remboursés au terme de plusieurs années.

JPG - 72.9 ko

Depuis, et en particulier depuis 1986, la Pazenaise Théâtre a consenti de gros investissements (sanitaires, jeu d’orgue, fauteuils, etc), soit plus de 800.000F sans aides, uniquement par autofinancement.
Restaient à rénover le hall d’entrée et le hangar abritant le bar (l’actuelle salle de l’entracte), ce qui fut réalisé en janvier 2002 avec cette fois, les fonds propres de la Pazenaise Théâtre ; 200.000 F de subventions (Etat et Conseil général) et un emprunt de 200.000F bénéficiant de la garantie de la commune.
Ces importantes dépenses qui font de la salle Jeanne d’Arc un théâtre confortable et au plateau digne d’une scène professionnelle ne doivent pas faire oublier combien les « artisans » du Christ-Roi ont très souvent mis la main à la pâte, et pas seulement à chaque grande étape de l’aménagement de la salle.
Il était juste et bon de le préciser ici, et de leur rendre hommage.

La Société historique

Répondre à cet article

modération à priori

Ce forum est modéré à priori : votre contribution n'apparaîtra qu'après avoir été validée par un administrateur du site.

Un message, un commentaire ?

(Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

Lien hypertexte (optionnel)

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d'informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

Qui êtes-vous ? (optionnel)