Accueil du site / menu / Découvrir / Histoire / La croix du souvenir français : 100 ans

La croix du Souvenir français rénovée pour son centenaire

Il y a 100 ans, le 12 novembre 1911, il était procédé à la bénédiction de la croix du cimetière érigée par la section pazennaise du Souvenir français.
Elle remplaçait une ancienne croix de bois donnée par Mme de la Brosse et élevée le 28 avril 1878.
La croix était ornée d’un beau christ ivoiré offert par Mlle Olympe du Plessis. Déposé en 1911, ce christ fut d’abord entreposé à la cure, avant de trouver place à l’église, d’abord aux fonts baptismaux, puis en 1922 dans la chapelle des morts pour la France pendant la guerre 1914-1918.
La croix du cimetière, en pierre blanche, a retrouvé tout son éclat après les travaux de ravalement dont elle a fait l’objet de la part des services techniques de la commune. Les plaques commémoratives, devenues illisibles, ont, elles aussi, été rénovées avec l’aide d’une subvention de 500 Euros du Comité départemental du Souvenir français.
Sur les plans de l’architecte nantais Libaudière, la croix avait été sculptée par Vallet, de Nantes, à qui on doit également les confessionnaux, les lambris et stalles de l’église.
Joseph Vallet était un sculpteur renommé, auteur de nombreuses œuvres à la cathédrale de Nantes, dans plusieurs églises du diocèse, mais aussi en Bretagne et en Normandie.
On remarque une plaque en marbre blanc encastrée sur la base du monument portant l’inscription « à la mémoire des enfants de Sainte-Pazanne, morts pour la patrie, le 12 novembre 1911, M. L’abbé Chesneau, curé ; comte de la Ruelle, maire ».
Sur chaque face de la croix sont sculptées les armes de Jeanne d’Arc (devant) ; du Moulin Henriet (de sable à trois coquilles d’or) (derrière) ; du Pape Pie X (à gauche) et de la Bretagne (à droite).
De chaque côté du soubassement sont fixées de plaques commémoratives sur les quelles sont gravés les noms des Pazennais morts pour la patrie, en campagne, dont Guilbaud en 1812 pendant la campagne de Russie, les autres en 1870, et à ceux qui sont décédés en garnison en temps de paix.

« A nous le souvenir, à eux l’immortalité »

La Société historique

Répondre à cet article

modération à priori

Ce forum est modéré à priori : votre contribution n'apparaîtra qu'après avoir été validée par un administrateur du site.

Un message, un commentaire ?

(Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

Lien hypertexte (optionnel)

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d'informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

Qui êtes-vous ? (optionnel)